6eme sens Zenspirit
Pas encore inscrit ? Rejoignez-nous pour vous documenter ou partager vos expériences sur nos sujets.
En tant qu'invité, vous pouvez lire certaines catégories sans pouvoir y répondre.
Pour participer et lire tous les sujets du forum, merci de vous inscrire (mot de passe et pseudo).



Les larves " la sangsue astrale"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les larves " la sangsue astrale"

Message par Lovely le 08.09.17 19:35

Tout d’abord, qu’est ce qu’une larve?

Si vous faites quelques recherches, vous allez trouver beaucoup de termes associés au mot larve (en ésotérisme s’entend): schèmes, lémures, coques astrales etc…

Je ne partirai pas dans un débat étymologique qui amènerait à présenter des différences notables entre les différents termes, car ces différences proviennent principalement des filtres du praticien qui les regarde. En effet, certains de ces termes sont TRES anciens (antiquité pour certains) et font référence à des superstitions propres à certaines civilisations et au regard qu’elles portaient sur leur monde.On les assimile parfois à tort avec les esprits de défunts, les « démons » etc…

Donc, disais-je, une larve, ce n’est ni plus ni moins qu’une subsistance énergétique malsaine, issue dans la plupart des cas, des pensées négatives voire morbides émises par les individus. La pensée est une chose cocasse tant elle peut devenir terrifiante (nous verrons dans un prochain texte tout ce qui touche à l’envoutement et l’auto envoutement). En s’unifiant, ces pensées finissent pas donner naissance à une sorte de forme pensée totalement involontaire, dont la seule raison d’exister consiste à se nourrir. (j’invite ceux qui veulent plus de renseignements sur leur création à me contacter en privé, je n’aborderai pas ce sujet ici pour des raisons évidentes)

Si nous devions comparer une larve à un animal, il s’agirait de la sangsue (en plus gros, cela va de soi)


si nous devions donner une représentation de la larve, la sangsue serait assez proche.
Comme dit précédemment, la larve n’a vocation qu’à une seule chose: se nourrir.
Mais, issue des pires strates de la pensée humaine (ou de ce qu’il est peut être profondément…), la larve n’est guère fan de hamburgers et de frites. A choisir elle préfèrera se délecter de l’énergie vitale d’un être vivant (à emporter s’il vous plait), si possible humain (parcequ’un chien ne fait pas des chats).

Contrairement à une idée recue, une larve est mobile, elle n’est pas obligée de rester accrochée à son créateur, bien au contraire.

Ses proies favorites ?

_ Les gens dans un état de faiblesse psychologique ou physique (personnes touchées par une dépression, par la mort d’un proche, par la maladie ou tout autre phénomène qui va avoir tendance à mettre la personne dans un état de faiblesse)
_ Les gens dont les réserves énergétiques sont importantes (vous pratiquez le magnétisme, la magie ou autre à un niveau important: bravo, vous faites partie des candidats de choix)
_ Les gens qui répondent aux 2 critères à la fois sont de véritables mets de luxe.

Comment se nourrit-elle?

Les méthodes varient généralement en fonction de différents critères. Tout d’abord, son ancienneté. Bien que l’on tombe généralement sur des larves « jeunes » ou de petite taille, il arrive parfois que l’on tombe sur de véritables monstres tant elles peuvent être imposantes. Les larves les plus petites ont tendance à changer très fréquemment d’hôte, afin de ne pas prendre trop de risques. Elles se collent au corps éthérique puis absorbent l’énergie vitale de leur victime, comme le ferait n’importe quel bon vampire énergétique. Une fois rassasiée, elle aura tendance à changer d’hôte en prenant le premier qui se présentera sous la main. Lors des rituels, en cas de mauvaise protection, vous risquez de voir débarquer tout un groupe (voire une horde) de ce genre de bestioles peu ragoûtantes, donc prudence.
Les larves plus imposantes, elles, sont les plus dangereuses. Elles choisissent une victime qui leur convienne et s’en nourrissent de facon parfois très agressive, jusqu’à ce que leur proie soit complètement vidée.
Elles ne changent d’hôte qu’en cas de décès de la personne ou si une proie vraiment trop alléchante se présente (voir plus haut).

Les conséquences de cette vampirisation?

Imaginez une situation dans laquelle vous pouvez dormir 10h par jour, faire du sport et vous nourrir correctement et être malgré tout en état de fatigue permanente, où des pensées malsaines, comme étrangères à votre propre pensée, se présentent à vous. Agressivité, méchanceté, tristesse, colère, déprime… sont des exemples typiques.
La fatigue qui s’installe joue un rôle également, en permettant une meilleure installation des symptomes qui, dans d’autres conditions, n’auraient eu aucune prise.
Ces états inhabituels ont tous une particularité commune: dans ces états, vous dégagez naturellement d’avantage d’énergie. La larve se repaît ainsi plus aisément et en plus grande quantité.
Des situations qui perdurent peuvent devenir véritablement dramatiques, comme c’était le cas pour la personne citée en exemple au début de l’article, qui par chance, avait recue de l’aide au moment où elle s’apprêtait à se laisser dépasser par ses émotions pour commettre l’irréparable.

Tout le monde n’a pas cette chance…

On me demande parfois si il est possible d’estimer le nombre de cas où la situation est provoquée par une larve et le nombre de cas où le problème est d’ordre psychologique.

Je réponds en général qu’il est très difficile de donner un chiffre réaliste. En effet, comme dit précédemment, les larves de petite taille ont tendance à changer d’hôte, mais leur présence temporaire suffit parfois à jouer le rôle d’élément déclencheur chez une personne qui n’était pas au clair avec elle même ou qui avait quelques soucis.
Une large fourchette, de 40 à 60% me parait raisonnable (en considérant donc les larves en tant qu’élément déclencheur). Si on se focalise sur les cas graves où une larve est responsable intégralement du problème, je dirais que le chiffre tourne plutôt aux alentours des 5 à 10%.

5 à 10%, cela parait peu, et pourtant c’est énorme.
Cela représente des centaines voire des milliers de personnes qui risquent de passer des années voire leur vie toute entière à tenter de résoudre un problème qui n’est pas celui qu’elles imaginent (ou que leur thérapeute imagine).

Je vois d’avance les critiques incendiaires « ouiiiii vous dites que la psychologie et les médicaments ne servent à rien, tout caaaaa ».
NON. Je dis que dans 5 à 10% des cas, la psychologie n’est pas un traitement adapté, et qu’il est quand même incroyable que si peu de gens prennent le temps d’explorer cette voie potentielle, en laissant de côté ses à priori, rien que dans le doute.

Après tout, pour quoi sommes-nous là? Pour aider la personne ou pour satisfaire un égo malsain de « moijaitoujoursraison »?

Comme nous allons le voir dans la suite de cet article, se débarasser d’une larve, dans la majorité des cas, est une chose simple et qui ne nécessite pas un budget conséquent, alors pourquoi ne pas prendre la peine d’essayer? Au pire cela n’aura pas d’effet, au mieux cela résoudra peut-être le problème terrible qui s’abbat sur des gens qui n’ont rien demandé!

Je terminerai ce passage en rappellant quand même que 5 à 10% des cas, ca implique aussi que 90% des cas ne sont pas dûs à l’action permanente d’une larve, et qu’un travail d’ordre psychologique et d’introspection devient alors le meilleur moyen de résoudre ses problèmes.
avatar
Lovely


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum