6eme sens Zenspirit
Pas encore inscrit ? Rejoignez-nous pour vous documenter ou partager vos expériences sur nos sujets.
En tant qu'invité, vous pouvez lire certaines catégories sans pouvoir y répondre.
Pour participer et lire tous les sujets du forum, merci de vous inscrire (mot de passe et pseudo).



LE STRESS ET LA MEDITATION - David Servan Schreiber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE STRESS ET LA MEDITATION - David Servan Schreiber

Message par gaiane le 04.12.16 18:07


David Servan-Schreiber nous partage son approche et sa vision du stress.

Le stress continu est responsable de l'état de dépression.
Le stress est géré dans le cerveau émotionnel (notre cerveau limbique) et, principalement par l'amygdale, notre centrale d'alarme cérébrale.

Le cerveau limbique est considéré comme un cerveau archaïque (donc, provenant d'une période lointaine de notre évolution, apparaissant il y a 65.000.000 d'années), il est le siège des émotions.
Dans cette partie du cerveau "émotionnel", naissent l'amour, la joie, la peur, la tristesse, le dégoût.

C'est le royaume des émotions et de l'inconscient.

Le stress et géré dans le cerveau émotionnel (limbique) par l'amygdale, le centre de la peur.
L'amygdale interprète le stress comme étant le signe qu'un danger extérieur nous menace. (en cas de stress continu, des phénomènes neurologiques et physiologiques entrent en ligne de compte)
Elle réagit en secrétant des hormones du stress, comme le cortisol et l'adrénaline, qui vont accélérer la respiration et le rythme cardiaque.

L'objectif étant de préparer le corps à la fuite ou au combat.
On connait ce stimulus appelé " Fight - Flight - Freeze " en anglais.

3 réactions produites en cas de peur intense (ou menace):
- se battre
- s'enfuir
- rester figé (immobile, incapable de réagir, figé)

Pendant ce temps (le temps pendant lequel l'amygdale joue son rôle), il se passe aussi des événements dans le cortex préfrontal (le siège de la réflexion, l'analyse, la pensée, l'abstraction), le royaume de la raison et du conscient.

Réfléchir, penser, retarderait le principe de survie et les réflexes, donc, en cas de stress, la nature étant bien faite (grâce à l'évolution), le cortex préfrontal est "débranché" (déconnecté) par l'amygdale.

Le cerveau perd le contrôle (de la raison) car après quelques semaines de stress continu (anxiété, angoisses, stress etc... comme en cas de dépression), l'hippocampe est comme "attaqué" par l'amygdale.

Or, le rôle de l’hippocampe est justement d'éteindre l'amygdale (la "débrancher" comme une alarme qui sonne et que l'on stoppe si tout va bien), une fois le danger passé et de permettre au cortex préfrontal de se "rallumer", se remettre en activité.

Pendant la dépression, les hormones du stress augmentent tellement qu'elles finissent par "détruire" les neurones de l'hippocampe.

L’hippocampe étant affaibli, il ne peut plus remplir sa mission.
C'est comme si le cortex préfrontal était "éteint" (en mode dégradé).

Le "siège" du raisonnement est éteint.

Les personnes dépressives sont comme "coupées" de leurs facultés de raisonnement.

Il leur est, dès lors, impossible de se raisonner par elles-mêmes, prendre du recul sur leurs symptômes et reprendre le contrôle de la dépression.

Les médicaments constituent une aide importante le temps de réguler ce dérèglement hormonal mais la médication reste une solution temporaire qui ne doit pas être envisagée sur le long terme.

Des études montrent que les personnes sortant d'une dépression après médication sans rien avoir entrepris d'autre comme mécanisme de guérison ont 80% de probabilité de faire une rechute.

Le sport (ou toute activité physique plaisante, voire relaxante) est une excellente voie vers une guérison sur le long terme.

Prenons en exemple: toute activité sportive, gymnastique, natation, jogging, vélo, marche, randonnée, danse, zumba, tae bo, arts martiaux ou encore yoga, taï chi, Qi jong etc.

Le sport permet à l'organisme de réguler la sécrétion d'hormones, il aurait la faculté de recréer de nouveaux circuits neuronaux et de favoriser la production de certaines hormones comme:

- la sérotonine (appelée aussi l'hormone de l'humeur, on sait que le taux de sérotonine est en baisse chez les personnes en dépression)

- la dopamine (l'hormone du plaisir qui est notamment déclenchée lors du rire et après l'acte amoureux, c'est aussi une hormone "dopante", l'hormone de la récompense)

- les endorphines, ces hormones du "bien-être" qui fonctionnent comme des opiacés ( = dérivés de l'opium) naturels.

Les endorphines ont un effet sur la douleur et la relaxation, elle ont un effet antalgique et analgésique (anti-douleur et relaxant).
Ces fameuses endorphines sont produites après un effort prolongé ou après un orgasme.
avatar
gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE STRESS ET LA MEDITATION - David Servan Schreiber

Message par Seino le 06.12.16 3:41

Excellent reportage et article. Merci Gaiane Very Happy

"Ces fameuses endorphines sont produites après un effort prolongé ou après un orgasme."

Comme je ne suis pas partisan de l'effort, il ne me reste que la seconde option fleur peace lol!

Je vais demander à ma thérapeute de s'investir corps et âme. MDR !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Seino
Modérateurs
Modérateurs


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE STRESS ET LA MEDITATION - David Servan Schreiber

Message par gaiane le 06.12.16 20:27

Tu m'étonnes lol!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE STRESS ET LA MEDITATION - David Servan Schreiber

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum