6eme sens Zenspirit
Pas encore inscrit ? Rejoignez-nous pour vous documenter ou partager vos expériences sur nos sujets.
En tant qu'invité, vous pouvez lire certaines catégories sans pouvoir y répondre.
Pour participer et lire tous les sujets du forum, merci de vous inscrire (mot de passe et pseudo).



Il était une fois une âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il était une fois une âme

Message par Lovely le 22.05.16 19:21

Ça y est ! J’y suis…c’est chaud, c’est doux, je suis dans ma maman. Parfois ça remue un peu, elle n’est pas toujours en paix parce que papa crie beaucoup.

Puis ils viennent d’apprendre que je suis encore un garçon et ils voulaient une fille. Je ressens bien que ça ne leur fait pas trop plaisir. Pourtant j’ai de la chance, maman est assez cool et met de la musique sympa.

Elle me parle même ! Je lui réponds depuis mon âme et je crois qu’elle me reçoit bien. Dans mon cœur, j’enregistre la paix et la douceur et que c’est une gentille maman mais aussi que je l’ai déçue en étant un garçon.

Si tu le faisais passer ? demande papa à maman qui se met à pleurer. Je ne comprends pas trop ce que ça veut dire mais, il me semble que ça commence mal ! Je me sens rejeté et je n’ai que quelques semaines.

Mes potes n’ont pas tous la même chance que moi. Quelques uns sont déjà repartis, ils devront attendre pour revenir. Certains ont des mamans qui boivent de l’alcool et d’autres des mamans qui fument ou qui se droguent ! Bonjour l’ambiance intérieure…

Ce n’est pas grave, nous sommes sensées se retrouver à l’école dans quelques années et nous nous entraiderons. Nous nous le sommes promis là haut.
Je ressens par eux la notion de maltraitance.

A cet instant précis, je dois me présenter à la vie, c’est le docteur qui l’a décidé. Je serai bien resté un ou deux jours de plus dans mon cocon…histoire de profiter de maman pour moi seul mais c’est lui le chef. Elle aussi dit qu’il faut attendre encore deux jours, mais ça tombe le dimanche…pas bon !

Je m’accroche bien à ce cordon magique qui me permet de vivre mais le docteur a triché ! Il a fait faire une piqûre spéciale à maman pour que je sorte plus vite pour qu’il puisse être tranquille le week end.
Je ne me sens pas reconnu dans mon choix

C’est difficile, ça fait mal, je dois respirer seul, je suis en danger, on me sépare de ma maman…Mon cœur enregistre cette séparation, j’ai peur.

Je découvre de drôles de sensations…c’est ça un corps ? Pas terrible, je me sens limité, j’étouffe, j’ai envie de crier, de pleurer…alors je crie et je pleure ! Je me sens en danger, j’ai peur, vite, vite, rassurez moi…maman arrive à mon secours et me donne à manger.

Je retrouve un peu de réconfort. J’enregistre que la nourriture est un grand réconfort ! C’est une amie sur qui compter.

On me présente des drôles d’êtres…Ils n’ont pas l’air si gentils que là haut, un peu celui qui dit être mon papa, je le ressens tout fier même si je suis un  garçon. Il y a un petit homme qui brille beaucoup, je crois que c’est mon jeune frère. Je ressens beaucoup d’amour de sa part.
 
il y en a un autre plus grand très sombre, je crois me souvenir de lui…là haut, il était toujours à part du groupe. Je le sens moins celui là. C’est cela que l’on appelle la dualité ? Aimer différemment ? J’enregistre…

J’ai déjà quelques jours. J’expérimente mon corps mais je ne peux pas faire grand-chose tout seul. C’est difficile à accepter ! Mon frère pleure dans sa chambre d’à coté car il a mal au ventre. Je le sais bien, nos âmes savent communiquer entre elles, mais je ne peux rien faire.
 
J’ai bien essayé de pleurer aussi, mais maman est partie et c’est notre grand frère qui nous garde, et lui il se moque si nous pleurons. Je me sens rejeté, vraiment impuissant et je n’aime pas cette sensation.
J’enregistre…je ne suis pas respecté dans mes choix et impuissant à aider

Les mois passent. Maman veut je sois propre, c'est-à-dire que je ne fasse plus pipi au lit sans couches, mais c’est dur !
Quand je dors, je repars vers mes amis les anges…et nous rions et nous nous amusons bien. Alors je ne contrôle plus mon corps, je relâche toutes les tensions et …zut je me réveille parce que je suis mouillé.
 
Maman râle et me traite de sale et de cochon. Je n’ai rien fait de mal pourtant et puis un cochon c’est propre. Alors je ne comprends pas mais j’enregistre baisse de valeur aux yeux de ma maman.

J’ai encore fait pipi au lit. Papa me met une fessée. Je ne sais pas à quoi ça sert sinon à me faire mal et pour lui, à lui faire sortir sa colère, parce que je ne peux toujours pas contrôler mon corps…J’enregistre une nouvelle fois le sentiment d’impuissance et j’ajoute égale punition.

J’ai trouvé …je vais éviter de dormir profondément. Ainsi je veillerai à ne pas déranger. Je dors moins bien mais je suis propre. J’enregistre que je n’ai pas le droit de laisser mon corps faire comme il veut. Je dois contrôler.

Je grandis encore.
Aujourd’hui papa et maman nous ont promis juré d’aller au zoo, super ! Je vais enfin découvrir tous les animaux que je vois dans les livres d’images. Je les ai appris à l’école des anges…Je sais reconnaître un éléphant d’une souris ! Mon âme sait même si je n’en ai pas l’air…tout est inscrit en moi. Mon cœur est heureux !
 
C’est beau la vie…mais….mon grand frère vient de faire une bêtise. Il a rayé la voiture de papa avec son vélo. Il est tombé en voulant faire une pirouette…s’était rigolo à vois, mais mon papa est fou de rage !
J’ai peur de sa colère, je me sens en danger.

Il a puni mon grand frère et prive tout le monde de la visite au zoo ! Ce n’est pas juste, je n’ai rien fait et mon frérot non plus, et nous sommes aussi punis. On pleure tous les deux. Maman essaie un peu de le faire changer d’avis mais non !

Maman c’est celle avec qui je me marierai plus tard, c’est la plus belle maman du monde ! Papa regarde comment ôter les rayures de sa voiture et ne nous regarde même pas. Tous dans le même panier d’incapable dit il !
 
De plus, il critique encore maman en lui disant qu’elle ne sait pas s’occuper de nous.
J’enregistre la faiblesse de ma maman, la trahison de mes parents car ils avaient promis depuis longtemps que nous irions au zoo, j’ajoute la notion d’injustice et surtout qu’une voiture compte plus pour papa que nous !

Mon magnétophone sentimental contient déjà beaucoup d’informations. Comme ça j’apprends bien la dualité. Les anges doivent être contents de moi car je repère bien les blessures de l’enfance !

Les anges ? J’ai bientôt 7 ans et je n’y crois plus. C’était une bêtise d’enfant. C’est ce que m’a dit ma maîtresse quand mon papy est mort. Il n’y a rien là haut ! Comme elle a toujours raison, je la crois. Le monde invisible est irréel. Je ne sais plus d’ailleurs qui je suis vraiment ni ce que je fais sur cette terre.
Mon âme enregistre la notion d’inutilité.

Il y a un nouveau dans la classe. Il est tout de suite venu vers moi. J’ai l’impression que je le connais, mais ce n’est pas possible. Il vient de Lyon et je ne suis jamais allé là bas. C’est un simple ressenti que j’efface vite de mes pensées. Ceci dit, nous nous entendons bien.

J’ai changé d’école car mes parents ont déménagé. Il y a plein de nouvelles têtes sympas et j’ai encore cette impression que je les connais. Je crois qu’il y a un programme défaillant dans mon cerveau. Un de mes camarades a le cancer parce que sa maman fumait pendant qu’elle l’attendait, beurk !
 
Il est dégoûtant ! Enfin je crois cela parce que mes parents m’ont demandé de ne pas l’approcher au cas où il me donnerait sa maladie. Pourtant il a l’air sympa et j’irai bien jouer avec lui mais si je le fais, je vais me faire disputer. J’aimerai bien qu’un grand me dise que ce n’est pas contagieux et que je ne risque rien. Je me sens attiré vers lui mais j’ai peur d’être malade et de ma faire punir.

Mes parents ont toujours peur pour moi. Si je fais du vélo, ils me disent tu vas tomber. Si je veux aller chez un copain, ils me disent que je vais me faire renverser en traversant la rue. Si je caresse un chien, ils me disent que je vais me faire mordre, alors je reste tranquillement chez moi.
Pourtant je ressens qu’ils sont peureux, excessifs et possessifs.

Super ! Aujourd’hui mon grand frère veut bien que je vienne avec lui dans les magasins. Il me fait très confiance et me demande de prendre discrètement un disque et de le mettre dans ma poche, on ne se méfiera pas de moi et que pendant ce temps là, il fera diversion. Il me dit aussi qu’il compte sur moi et me protégera toujours ! Je ne risque rien.
J’enregistre ce sentiment de fierté et de confiance fraternelle.

L’alarme s’est mise à sonner et le patron du magasin m’a pris en flagrant délit. Il a appelé les gendarmes ! Mon frère s’est vite sauvé. Mes parents sont venus pour me chercher et j’ai reçu une fessée de mon père et des remontrances de ma mère.
 
J’ai bien dit que c’était mon frère qui m’avait demandé de la faire. Lui a juré que c’était faux et qu’il se doutait depuis longtemps que j’étais un voleur. Il m’a pris ensuite part et m’a donné une correction pour avoir voulu le dénoncer. Voleur, voleur, les mots tournent dans ma tête !  Je n’ai rien fait qu’obéir…Vaurien, incapable, trahison, injustice…C’est bien enregistré ainsi que la trahison fraternelle.

J’ai 12 ans et je n’en peux plus ! Papa et maman me rejettent car je suis un voleur et je n’ai pas d’amis.

Je fais le compte de tout ce que mon cœur a enregistré comme blessures, rejet de mon état de garçon, maltraitance, non-reconnaissance de mon choix de vie, sentiment d’abandon, impuissance, différences, dévalorisation, irrespect, contrôle, fierté, trahison, injustice, inutilité de la vie…
 
A quoi donc sert-il de vivre, si c’est pour accumuler toutes ces blessures et pour rien ? Rien avant, rien après ? Je préfère mourir, ainsi, il n’y aura plus rien.

Aujourd’hui, j’ai joué au jeu du foulard tout seul…J’ai serré un peu trop fort…ça fait très mal et je suis presque mort…Papa m’a découvert inanimé sur le sol, il m’a conduit à l’hôpital en vitesse…Je le vois d’en haut, il pleure.

J’ai l’impression de revivre ma naissance à l’envers. Je vois un tunnel de lumière et j’y entre. Au bout mes amis les anges m’attendent, ils existent ! Tu as très bien réussi ta mission, me disent-ils, il est temps maintenant de l’arrêter et d’en changer. Dorénavant, tu apprendras à reconnaître les qualités humaines. Bon voyage et souviens toi que ta vraie famille est toujours avec toi !

Je me sens vraiment bien léger, aérien. Je ressens tout leur amour et la douceur de la vie. J’aimerais bien rester avec eux, mais ils me disent de retourner d’où je viens car je dois encore vivre sur terre.

Après quelques heures de coma, mon âme réintègre mon corps. Je me réveille à l’hôpital, à mon lit, papa et maman sont effondrés, mes frères pleurent. Mais j’ai peur de la dispute, je dis alors pardon papa, pardon maman et ils m’embrassent au lieu de me disputer. Je leur explique toute la vérité sur le vol et ils me croient. Je leur parle aussi des anges, mais là, ils disent que c’est l’effet du coma.

Mon cas passe à la télévision pour dénoncer les dérives du jeu du foulard. Je deviens célèbre sans l’avoir vraiment désiré. On parle de moi comme un enfant tellement désiré sans histoire, un gentil garçon aimable qui ne dit jamais rien.
 
Même mon frère s’est accusé pour me délivrer de sa trahison. Mes parents s’excusent de m’avoir traité de voleur et me disent qu’à partir de maintenant ils me feront confiance. D’un sel coup, j’ai l’impression d’avoir toutes les qualités.

Dès que je me suis senti mieux, uns psychologue nous a tous réunis pour nous permettre de voir ce qui n’allait pas dans nos relations. Papa a fait une thérapie pour sortir de ces colères qui dataient de son enfance, parce que sa sœur était toujours préférée et qu’il s’était renfermé sur lui-même pour survivre.
 
Il s’est mis au taï chi avec mon grand frère et ceci apaise beaucoup. Papa discute beaucoup plus avec maman et ils se mettent d’accord sur notre éducation. Ils me demandent plus souvent mon avis et me donnent plus de responsabilités.

Petit à petit, j’enregistre tout cet amour, j’annule mes anciens schémas et je les remplace par « désormais je suis accepté, aimé, valorisé, reconnu, confiant et heureux de vivre. Tout est juste !

A l’école, ma voisine de table me regarde avec ses beaux yeux bleus, je me sens tout drôle, c’est ça l’amour du corps ? Si oui, c’est merveilleux. Vive ma vie, je sens qu’elle va être longue et fabuleuse !

Je vais désormais bien comprendre les qualités de la vie et les ferai connaître au maximum de personnes parce que je veux avoir la meilleure note à l’école des anges !

Fin de cette histoire….et début de la votre…
 
Extrait du livre, Le caranaval des âmes de Joéliah

Lovely
Modérateurs
Modérateurs


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum