6eme sens Zenspirit
Pas encore inscrit ? Rejoignez-nous pour vous documenter ou partager vos expériences sur nos sujets.
En tant qu'invité, vous pouvez lire certaines catégories sans pouvoir y répondre.
Pour participer et lire tous les sujets du forum, merci de vous inscrire (mot de passe et pseudo).




Esoterisme, Spiritualité, Oniromancie, Au-delà, Bien-être... Bienvenue dans l'antre du forum Invité
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Notre héritage Païen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lovely
Modérateurs
Modérateurs
avatar


MessageSujet: Notre héritage Païen   26.12.13 19:46

Partie I: Les fondements de notre civilisation

Depuis plusieurs siècles, l'humanité est dominée par les religions monothéistes qui sont issues du Proche-Orient. Cette influence religieuse pris naissance il y a environ trois millénaires, lorsque parmi les tribus sémitiques se démarqua le judaïsme en optant pour la vénération d'un seul et unique Dieu considéré comme tout puissant. Plus de mille ans plus tard, au sein de l'Empire Romain se répandit peu à peu une secte reconnaissant Jésus de Nazareth comme étant le Messie et fit du message de la bible un message universel, abandonnant ainsi l'idée de « peuple élu ». En l'an 622, le prophète Mahomet, fondit la troisième grande religion monothéiste qui s'étendit peu de temps après sa mort dans tout le monde arabe. En plus d'être des religions monothéistes le judaïsme, le christianisme et l'islam ont pour point commun d'être révélées par un prophète servant d'intermédiaire entre l'Homme et Dieu.

Bien avant l'apparition de ces cultes, il existait, un peu partout dans le monde, et non seulement au Proche-Orient des religions polythéistes, païennes. Ces religions n'étaient pas révélées par un prophète particulier et n'étaient pas non plus universelles : chaque peuple disposait de sa religion, vénérait ses dieux, et ne cherchait pas à convertir son voisin à son culte. Chaque religion païenne dispose de ses propres particularités, ses propres rites, ses propres mythes, et pourtant toutes ces religions disposent d'une conception du monde commune entre elles.
Ceci est souvent dû au fait que beaucoup sont issues des mêmes racines, ainsi chaque peuple européen que ce soit les grecques, les romains, les slaves, les celtes ou les germains sont issues d'une même souche, à savoir les indo-européens, dont les invasions sont à l'origine de nos véritables racines culturelles européennes puisqu'elles représentent les premiers éléments de la culture européenne.

Les religions du désert et les religions païennes sont opposées à tout point de vue : les premières sont monothéistes, les secondes sont polythéistes. Les unes placent l'Homme au dessus de la nature, les autres le placent dans la nature et vénèrent celle-ci. D'un côté on a une conception du temps linéaire, de l'autre une conception du temps circulaire, l'éternel retour. D'une part on a à faire à un message universel, d'autre part à l'identité d'un peuple. Ces différences évoquées ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres et seront développées ultérieurement.

Il est évident que ces deux types de religion partent sur des terrains totalement différents, et leur rencontre sera à l'origine d'innombrables massacres et guerres, qui à long terme provoqueront la chute totale ou quasi-totale de toute forme de paganisme. Certes toutes les religions païennes n'ont pas été anéanties par la guerre, beaucoup se sont laissées convertir ne voyant pas le danger que représentait le monothéisme. Il est aisé de convertir un païen lorsque on se base sur un livre prônant une vérité absolue et promettant l'enfer à quiconque ne vénère pas un dieu unique et ne suivant pas une morale contre-nature.
Il suffit de lire quelques passages de la Bible ou du Coran pour réaliser que ce message de paix et d'amour n'est, dans la plupart des cas, que soit pure invention (c'est le cas du Coran ou sur les 6000 versets une centaines tout au plus doivent prêcher la tolérance), soit un hypocrite prétexte pour s'étendre à travers le monde afin de le dominer (c'est le cas du nouveau testament avec son message amour universel, à partir duquel de nombreux peuples ont été anéanties en s'y convertissant, le christianisme est la seule religion qui tue au nom de l'amour).

Le message universel des religions monothéistes (surtout du christianisme et de l'islam) a pour conséquence de provoquer un prosélytisme très important chez celles-ci, et c'est en ce sens quelles sont très intolérantes. Le fait de chercher à convertir massivement les autres peuples est une preuve flagrante d'intolérance, quelque soit l'idéologie que l'on prône. En effet s'il y a bien un signe d'intolérance, c'est de vouloir à tout prix que son voisin soit à son image. On peut aisément constater que les religions païennes étaient beaucoup plus tolérantes.
Lors de son expansion la Rome Antique tolérait les autres cultes et autorisaient toutes pratiques religieuses. (Pour le sabbat des juifs l'empereur allait jusqu'à accorder des commodités financières) Et tout ce que demandait les romains était le respect du culte impérial, ce qu'ont évidemment refusé les chrétiens, et ceci ajouté à une marginalisation volontaire de la part des chrétiens est à l'origine de leurs persécutions.
De même lorsque les premiers éléments chrétiens sont arrivés chez les vikings, ces derniers les intégraient volontiers, mais leur tolérance a provoqué leur perte puisque lorsque le christianisme est devenu religion officielle en Scandinavie les derniers païens ont été de plus en plus persécutés, sur leur propre territoire.
Les romains, les celtes, les vikings, les germains, les aztèques, les idolâtres arabes les animistes africains, etc. Sont autant de peuples ou de religions qui ont rendu l'âme, victime de l'expansion plus ou moins violente du christianisme et de l'islam.
En Europe les ténèbres du Moyen Age ont succédés à la grandeur des civilisations antiques, plongeant la plupart d'entre elles dans l'oubli.

Aujourd'hui, à une époque ou le christianisme régresse de manière constante, remplacé par un athéisme, rare semblent être ceux qui prennent réellement conscience des véritables racines de la civilisation Européenne, les anciennes civilisations sont bien trop souvent restées dans l'oubli.
L'Europe se retrouve actuellement plongé dans un vide culturel qui ne pourra être comblé que par une recherche de nos véritables fondements culturels. Il importe d'entretenir la mémoire de nos ancêtres, de ne pas oublier qu'avant l'invasion du christianisme, religion qui ne sera jamais totalement européenne, existait une autre culture, un autre mode de pensée hérité au fil des générations et qui ne devait rien à une quelconque importation.
Les braises de nos racines, de notre identité brillent toujours, il suffit de souffler dessus pour les raviver, pour qu'à nouveau rayonne et flamboie notre héritage éternel. Sans quoi elles s'éteindront à jamais, ce qui nous plongerait dans un gouffre sans fond...
 
Partie II: Les valeurs païennes

"Les dieux et les déesses des forêts du nord insufflent leur force aux hommes, rendent la terre et les femmes belles et fécondes et sont garant de l'ordre naturel.
Ils me conviennent mieux que l'unique dieu des prêcheurs du désert qui n'ont rien à faire de nos forêts ni de la joie des hommes.
Et les dieux du nord conviennent mieux à la terre.
Sous leur protection elle ne risquerait pas d'être surpeuplée ni polluée car régnerait le respect des lois naturelles.
La nouvelle religion s'étiole et se dessèche comme sa doctrine stérile. Mais l'ancienne possède toujours une sève bien verte qui refleurit aux immortelles saisons.
Au lieu de la croix de mort, l'arbre toujours vert, bruissant touffu, luxuriant s'élève vers les étoiles au-dessus de la source de mémoire et de confiance."
-Maris des Bois


A travers les Dieux qu'il vénère le païen s'adresse directement aux forces de la nature, il voue un culte à la vie, rend hommage à la Terre. Il n'obéit ni à un dieu vengeur, ni à un dieu amour, il accepte l'ordre naturel de la vie sous toutes ses formes et ne se soumet à aucune morale contraignante et contre nature. Il reste fidèle aux forces mythiques des forêts et admire la beauté des montagnes majestueuses.
Lorsque le puissant dieu Thor brandit son marteau, les éléments se déchaînent, le tonnerre gronde derrière les montagnes, les nuages noirs galopent dans le ciel frappé d'éclair. Le païen reste conscient qu'à nouveau la colère des dieux s'apaisera et les vanes accorderont paix et fertilité à la terre, à moins que ceux-ci n'en décident autrement... Il sait que le courroux des puissances n'est pas éternel. Ceux-ci peuvent se révéler cruels comme ils peuvent être bienveillant et protecteur. Le monde est à la fois fait d'amour et de haine, de vie et de mort, de joie et de tristesse, de paix et de guerre. Acceptons le ainsi! Nul ne peut échapper au sort que les Nornes, déesses du destin, nous ont réservé.

Le païen, contrairement à l'adepte des religions monothéistes, place l'homme dans la nature et non au dessus de celle-ci, il a une façon de voir le monde qui n'est pas anthropocentrique, ce qui nécessairement implique un certain respect que l'homme doit avoir envers la nature, et ce respect ne se trouve pas chez le chrétien. Le message d'amour de la bible ne s'adresse qu'aux hommes, et celui-ci à le droit d'exploiter, de détruire la nature comme il l'entend. Quelle ingratitude envers une Terre qui nous a tout donné et qui ne demande rien en retour!
L'absence d'anthropocentrisme du païen peut aisément être démontrée en examinant les mythes, même de manière superficielle.
Dans la mythologie Nordique c'est un arbre qui assure la cohésion de l'univers, c'est un loup géant qui menace l'avenir du monde, les dieux disposent souvent de plusieurs compagnons animaux (par exemple Odin avec son cheval, ses deux loups et ses deux corbeaux). De même les égyptiens (comme de nombreux autres peuples) vouaient un culte au soleil et vénéraient des dieux à tête d'animaux.

Une telle conception du monde, naturelle et non construite sur des illusions, impose une conception du temps totalement différente de celle des religion du désert pour lesquelles le temps est linéaire: au commencement Dieu a crée le monde, chaque âme finit au paradis ou en enfer et tout s'achèvera lors du jugement dernier.
A l'inverse, dans toutes les mythologies païennes, l'idée d'éternel retour est très présente. Le temps fonctionne plus d'une manière circulaire que linéaire, chaque évènement est répété à l'infini. Les saisons se suivent pour l'éternité, le jour et la nuit se succèdent sans fin, la lune recommence éternellement sa course dans le ciel étoilé, les êtres vivants naissent et meurent après avoir engendré d'autres êtres qui à leur tour assureront la descendance de leur espèce avant de retourner à la terre. L'éternel retour, même s'il s'applique à l'humanité, démontre un attachement à la nature de la part du païen, en effet c'est essentiellement en observant les phénomènes naturels que l'on peut se faire une telle conception du temps.
Il faut cependant garder à l'esprit que l'éternel retour n'est pas un concept à appliquer à la lettre, un évènement ne se reproduit jamais deux fois exactement à l'identique, le temps ne revient pas sur lui même, mais seuls certains motifs sont répétés. De plus, au sein de l'humanité cette théorie est tout de même beaucoup moins visible, les hommes évoluent bien trop rapidement si bien que le retour éternel ne puisse être totalement appliqué.
Pourquoi le païen adopte-t-il alors cette manière de voir le temps? Car il entre directement dans l'ordre naturel, il reprend sa place au sein d'une nature qu'il ne pourra jamais asservir, à moins de périr avec celle-ci. Le chrétien avec sa représentation du temps linéaire ne peut que couper les liens qu'entretient l"homme avec le reste de la nature, c'est pourquoi les religions monothéistes sont condamnées à disparaître aussi brusquement qu'elles sont venues, contrairement au paganisme, qui reviendra éternellement.

La théorie païenne de l'éternel retour s'applique également dans la manière de célébrer le rythme des saisons en fêtant les équinoxes et les solstices. On parle souvent de fêtes chrétiennes, mais il s'agit en réalité d'un vulgaire contresens pour la simple raison qu'une fête chrétienne n'existe pas, toute les fêtes sont païennes, le chrétien ne célèbre jamais la vie, c'est pourquoi il serait plus juste de parler de fête païenne christianisée que de fête chrétienne.
Il suffit de comparer les dates des fêtes dites chrétiennes et celles des fêtes païennes pour réaliser que les premières sont calquées sur les secondes, ce qui prouve par ailleurs que le christianisme n'a jamais su supprimer totalement le paganisme. Par exemple la fête de Pacques correspond à la fête celtique d'Ostara qui est l'équinoxe de printemps, de même Noël était une fête solaire célébrée dans le culte de Mithra. Chez le païen la fête est synonyme de joie mais correspond également à un rituel religieux pratiqué dans la nature, c'est en partie grâce à la fête que le païen entre en contact avec ses divinités, et donc avec la nature.

Au final les religions païennes sont bien moins contraignantes, moralisatrices et dogmatiques que les religions monothéistes. Les expressions comme « tu dois », ou « tu ne feras pas » sont totalement étrangères aux cultes païens.
Vous l'aurez compris, le paganisme c'est avant tout la vénération, plus ou moins directe de la nature sous toutes ses formes. A cette vénération de la nature s'ajoute souvent un culte aux ancêtres afin que leurs exploits ne sombrent pas dans l'oubli, de plus le sentiment d'appartenance à une famille, puis à un peuple est très présent chez le païen. C'est pour cette raison que celui-ci ne cherche pas à imposer sa croyance à travers le monde, il n'existe pas de message païen universel.
Chaque peuple dispose de ses propres valeurs, par exemple l'Edda (un des textes de mythologie scandinave) reprend souvent, explicitement ou pas, les valeurs de l'honneur, de l'hospitalité, du courage, de l'indépendance, etc. Mais il n'interdit ou n'ordonne rien, tout au plus il donne des conseils, et c'est ensuite à chacun de se créer ou de suivre les valeurs qu'il désire, bref il existe autant de paganisme qu'il y a de païen.
Le nom du grand dragon c'est « tu dois », sur chacune de ses écailles brillent en lettre d'or ces mots, mais le païen lui répond « je veux ».
 
Partie III: Le nouveau paganisme

"Ceux qui croient à Wotan, en dépit de toutes leur bizarrerie semblent avoir vu plus juste que les tenants de la raison raisonnée"- Jung

En plusieurs siècles les croyances païennes on été substituées par le christianisme qui s'est installé tantôt par la ruse, tantôt par la force. Malgré tout jamais les croyances ou les coutumes des peuples n'ont brusquement changées. Le christianisme a en réalité procédé à un détournement systématique des rites païens afin de les replacer dans un contexte chrétien. L'exemple le plus évident est peut être celui, évoqué précédemment, des fêtes païennes christianisées. Mais cette christianisation est également visible dans les symboles, comme les marteaux de Thor ou les croix celtiques mêlées aux crucifix chrétiens ou encore les menhirs qui ont été retaillés, jusqu'au XIXe siècle en forme de croix.
Ces manifestations hybrides de la rencontre entre le paganisme et le christianisme ont été tolérées pendant un certain temps, l'assimilation, plus ou moins rapide et plus ou moins violente selon les régions, s'est accomplie peu à peu au cours du Moyen-Âge, si bien que celui-ci a fini par devenir presque exclusivement chrétien.
Et pourtant, l'ombre du paganisme subsistait tant bien que mal dans l'inconscient des individus et de peuples, destinée à ressurgir des ténèbres de l'oubli

C'est avec la Renaissance et le classicisme que naquit un regain d'intérêt pour la grandeur des civilisations antiques, et en particulier de la culture gréco-latine, ainsi que la mythologie qui lui est associée. Même si cette redécouverte s'est faite à un niveau uniquement artistique, si bien qu'on ne puisse pas réellement parler d'un néo-paganisme, elle démontre une nostalgie des anciennes civilisations préchrétiennes et des véritables racines de l'Europe.
Pourtant ce n'est qu'à partir de la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle que renaquit réellement le paganisme, avec la naissance du mouvement romantique, qui dans un premier temps reprit les éléments de la mythologie gréco-romaine, qui reste encore aujourd'hui la plus célèbre et la moins oubliée des mythologies européennes.
Lorsque le romantisme connut sa seconde phase, celle du nationalisme, il fut logique de se retourner vers de nouvelles références, celles correspondant au contexte géographique des revendications et à la recherche des racines culturelles de chaque peuple.
Par exemple, en Allemagne se fut essentiellement avec l'œuvre de Richard Wagner et sa réécriture du mythe des Nibelungen que se fit un retour au paganisme germanique, même si une fois de plus ce retour était partiel, puisque il avait lieu d'un point de vue culturel, et non vraiment religieux. De même, en Norvège, l'œuvre d'Edvard Grieg s'inspirant de la musique folklorique Norvégienne démontre une nostalgie et une recherche d'un passé culturel spécifique à une nation particulière.

Ce retour au paganisme n'a pu que se faire de manière partielle et c'est pour cette raison que l'on parle de néo paganisme. En effet, les progrès de la science et un mode de pensée basée sur la raison empêchent toutes croyances aux mythes, il est souvent impossible de mêler les mythes antiques aux explications rationnelles du monde divulguées par la science, dans le meilleur des cas les mythes peuvent donc être interprétés et considérés comme métaphore servant à expliquer le monde.
C'est pourquoi le néopaganisme est plus culturel, artistique et philosophique que réellement religieux, et dans les certains cas ou il devient réellement religieux la croyance aux mythes n'est pas appliquée à la lettre, les dieux ne sont qu'une personnification imagée de certaines forces de la nature. Seul celui qui vit totalement coupé du monde pourrait être exactement semblables aux païens d'hier.
De plus le néopaganisme n'est qu'une reconstitution des anciens mythes et des anciens rites païens pour la simple raison que la plupart ont été détruit, n'ont pas été retrouvé ou alors ont été uniquement transmis à l'oral.
Certaines religions se déclarent néo-païenne ou héritent directement des anciennes religions, c'est le cas par exemple de l'asatru (foi aux ases) qui est une religion fondée sur la vénération des dieux scandinaves donc sur l'odinisme et qui est reconnue comme religion officielle en Islande, ou encore de la wicca, religion anglo-saxonne apparue dans les années 50, basée sur la pratique de la magie blanche et sur la croyance en un dieu et une déesse qui peuvent apparaître sous le nom d'une quelconque divinité antique.
Encore faut-il garder un esprit critique face à tous ces nouveaux groupes païens et savoir différencier les religions sincères des sectes opportunistes.


Conclusion

Harmonie entre l'homme et la nature, absence de morale contraignante, valorisation des différentes identités culturelles, telles sont certaines des caractéristiques des religions païennes qui forment les fondements de la civilisation Européennes et de bien d' autres civilisations mais qui sont trop souvent restées dans l'oubli, victimes de l'impérialisme des prophètes du désert.
Malgré tout, le paganisme n'est pas mort, il s'est simplement endormi, et continue à survivre dans l'inconscient collectif, attendant l'heure de son retour. Le moment du réveil de la lumière qui inondera les ténèbres par son éclat flamboyant.
Fenrir
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Padma
admin
admin
avatar


MessageSujet: Re: Notre héritage Païen   26.12.13 21:16

Magnifique! merci merciiii  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Lovely
Modérateurs
Modérateurs
avatar


MessageSujet: Re: Notre héritage Païen   26.12.13 22:11

Very Happy  de rien
Revenir en haut Aller en bas
Panthera

avatar


MessageSujet: Re: Notre héritage Païen   29.12.13 13:41

Personnellement bien qu'étant baptisée, je suis dégoutée des religions monothéistes. Comme tu dis, je suis plus dans une philosophie païenne, plus respectueuses des autres et de la nature. Bon je dis pas  parfois j'ai fauter durant mon enfance, car j'étais à moitié athée mais maintenant je me suis soignée hihihi. En tous cas, merci du partage ^^ lovely.
Revenir en haut Aller en bas
http://petitpoissondansea.wix.com/esoetre
Lovely
Modérateurs
Modérateurs
avatar


MessageSujet: Re: Notre héritage Païen   29.12.13 18:15

Moi aussi je te rejoint concernant les religions monothéiste. Je trouve cela beaucoup trop sectaire, trop de sang à coulé concernant ces religions. Même ma mère trouve que les religions changent de plus en plus.
J'ai pourtant été baptisé, mon fils je l'ai baptisé et si j'ai un autre enfant il ou elle sera baptisé également, car je ne voit pas le baptême de la même manière qu'on à pu me le dire et que je peu entendre encore ( faut faire baptisé un enfant car en cas de décès il ne passera pas à l'église, il ne pourra pas être dans un cimetière, il sera enterrer n'importe comment, il pourra pas allé au paradis si il n'es pas baptisé etc.....) quand j'ai baptisé mon fils et dés l'âge de 2 mois car je pensait déjà à son baptême après mon accouchement, je l'ai fait baptisé dans le but de remercié dieu et tous les êtres qui m'on donné la chance d'être maman malgré toutes les difficultés que j'ai eu et les fausses couches, mais également pour le protéger car l'eau bénite est utilisé pour beaucoup de chose et non uniquement dans la religion catholique.
Dans de nombreux livre que j'ai lu, ils avait le même langage concernant le baptême, j'ai même lu que lorsque quelqu'un est baptisé, au moment de la cérémonie, les anges, les défunts proches, guides ......tous le monde est la.

Moi aussi je me sent plus proche de la culture païenne et comme je disait à Aneyssa, encore plus depuis peu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notre héritage Païen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Notre héritage Païen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Notre héritage Païen
» héritage
» Notre Père!!!
» Prière à Notre-Dame de Lourdes
» Belle fête de Notre Dame du Rosaire !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
6eme sens Zenspirit :: Espace Spirituel :: Religions, cultures, traditions-
Sauter vers: