6eme sens Zenspirit
Pas encore inscrit ? Rejoignez-nous pour vous documenter ou partager vos expériences sur nos sujets.
En tant qu'invité, vous pouvez lire certaines catégories sans pouvoir y répondre.
Pour participer et lire tous les sujets du forum, merci de vous inscrire (mot de passe et pseudo).


anipassion.com

Sujets à Reflexion

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sujets à Reflexion

Message par gaiane le 30.03.13 18:37

Rappel du premier message :

Question de Jacques Castermane : "Quelle est la différence entre le savoir occidental et la sagesse orientale ?"

Réponse
de Maître Suzuki : "Le savoir occidental regarde en dehors, la sagesse
orientale regarde en dedans. Mais si vous regarder dedans comme vous
regardez dehors, vous faites du dedans... un dehors !"

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas


A MEDITER

Message par gaiane le 10.04.13 17:37

Dans le
ventre de la mère, deux bébés discutent. L’un est croyant l’autre non.

- Bébé-Athée (BA): Et toi, tu crois à la vie après l’accouchement ?
- Bébé-Croyant (BC): Bien sûr. C’est évident que la vie après l’accouchement
existe. Et nous sommes juste ici pour devenir forts et prêts pour ce qui nous
attend après.
- BA : Tout ça c'est insensé. Il n’y a rien après l’ac...couchement. Est-ce que
tu peux t'imaginer toi, à quoi une telle vie pourrait ressembler ?
- BC : Eh bien, je ne connais pas tous les détails. Mais là-bas il y aura
beaucoup de lumière, beaucoup de joie. Et par exemple là-bas on va manger avec
notre bouche.
- BA : Mais c’est du n’importe quoi ! Nous avons notre cordon ombilical et
c’est ça qui nous nourrit. Et de cette autre vie, il n’y a encore eu aucun
revenant. La vie se termine tout simplement par l’accouchement.
- BC : Non ! Je ne sais pas exactement à quoi cette vie après l’accouchement va
ressembler mais dans tous les cas nous verrons notre maman et elle prendra soin
de nous.
- BA : Maman ? Tu crois en maman !? Et où se trouve-t-elle ?
- BC : Mais elle est partout ! Elle est autour de nous ! Grâce à elle nous
vivons, et sans elle nous ne sommes rien. Elle veille sur nous à chaque
instant.
- BA : C’est absurde ! Tu l’as déjà vue toi ? Moi non plus ! C’est donc évident
qu’elle n’existe pas. Et puis, si elle existait vraiment, pourquoi ne se
manifeste-t-elle pas ?
- BC : Eh bien, je ne suis pas d’accord. Car, parfois lorsque tout devient
calme, on peut entendre quand elle chante... sentir quand elle caresse notre
monde... Je suis certain que notre Vraie vie ne commence qu'après
l’accouchement.
- BA : Moi je suis surtout convaincu qu'après l'accouchement il n'y a rien.
Cela est tout simplement irrationnel.

A méditer!





Haut du formulaire






Bas du formulaire

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 11.04.13 13:10

Il faut cliquer sur Partager,puis Intégrer.Il y'a un lien de plusieurs lignes que tu dois copié-collé^^
J'ai modifié ta vidéo Very Happy
Merci pour ce partage I love you

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par gaiane le 11.04.13 13:59

Merci Aneyssa, j'essaierai de faire mieux la prochaine fois tongue

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Invité le 11.04.13 15:22

Ah en voyant le titre en venant là je pensais au récit épique et guerrier d'un combattant sans peur et intrépide... O_o

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Invité le 11.04.13 15:25

Et si on faisait ici l'éloge de l'oisiveté ? ou celui d'en fo*tre pas une rame ? Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 11.04.13 16:24

mais c'est pas grave Very Happy !

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 11.04.13 16:53

Mais oui,c'est tout à fait ça! c'est nous quoi Laughing

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Invité le 11.04.13 17:10

Comment ça c'est nous ? Je me suis pas reconnu ^^" ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par gaiane le 11.04.13 18:57

Regardes bien Very Happy

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par lydiane/flyflying le 12.04.13 11:01

HI HI HI !!
Ah ça fait du bien de rire un peu ...
Et oui la vie es un combat de chaque jour certain doivent le faire plus que d'autre à certain moment de leurs vie pour apprendre et grandir je crois que toute les épreuves que j'ai eu dans ma vie mon rendu plus forte ça na pas été facile j'ai beaucoup pleuré et beaucoup crier dans mon intérieure " POURQUOI et Qu'est ce que j'ai fait, pour mérité ça !"
Et aujourd'hui je réalise le pourquoi c'est justement car on s'avait que je devrais être encore plus forte dans le futur pour affronté ce qui allait m'arrivé.
Je n'ai jamais baissé les bras car j'entendais une petite voix qui me disait que tout iras bien après, et aussi grâce à ma mère qui as toujours été là pour ces moments ou j'en avait vraiment besoin. Very Happy


Ici j'ai beaucoup appris je remercie les anges chaque jour pour m'avoir conduit jusqu'ici.

lydiane/flyflying


http://lydiane-gatien.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

ETRE SOI MEME

Message par gaiane le 12.04.13 15:13

Extrait d'une question posée à Marie Pier : Matin Magique sur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je n’ai que 16 ans. Je sais que j’ai encore beaucoup à apprendre, mais je t’écris parce qu’un même problème survient pratiquement tout le temps.

Après de nombreux soucis dans le passé, j’ai perdu toute confiance en moi. J’ai du mal à m’accepter telle que je suis, je ne peux m’empêcher de me dénigrer. Et dès que j’essaye de me faire plaisir ou d’être moi, je ne peux m’empêcher de me demander si je le fais pour moi ou pour les autres. J’ai tellement peur d’être rejetée que j’agis en fonction des autres et de ce qu’ils sont pour ne pas les décevoir. On dirait que je préfère être aimée des autres plutôt que de m’aimer simplement moi. Je sais très bien qu’il faut s’aimer pour être aimé des autres, mais c’est plus fort que moi.

Comment puis-je avoir confiance en moi? Comment puis-je ne pas avoir peur du regard des autres? Comment puis-je être moi-même et ne pas avoir honte de moi?

Je te remercie infiniment pour l’aide que tu m’apportes chaque jour.

– Une lectrice française qui veut s’en sortir, qui veut s’aimer!



Que tu es belle à lire!

Dis, avant de commencer, je t’invite à prendre une distance par rapport à tes questionnements et à voir la splendeur de l’espace d’où ils proviennent. Tu connais très bien le portrait que tu me présentes ici… mais maintenant, regarde le cadre autour. Regarde la solidité du cadre, de ce que tu es. Car si ta volonté d’amour est aussi grande, c’est précisément parce que tu es déjà tellement aimante. Vouloir s’aimer, c’est s’aimer. Tu es rendue beaucoup plus loin que tu ne le crois.

Maintenant que la table est mise… Voici ce que j’avais envie de te cuisiner. :-)

Tu te mesures à une redoutable petite créature, n’est-ce pas? Elle te dit que tu n’es pas assez ceci, pas assez cela… Puis, je devine que lorsque tu es au plus bas et que tu pourrais décider de te révolter contre elle, elle te donne des bonbons et te susurre que tu es exceptionnelle. Elle te raconte des histoires d’horreur sur le fait d’être rejetée, et elle te donne une liste de choses à faire pour l’éviter… et après que tu as fait tout ce qu’elle t’a demandé, elle te blâme de vouloir plaire et de l’avoir écoutée. Elle te reproche d’avoir de la difficulté à t’aimer… Mais chaque fois que tu fais un geste d’amour pour toi, elle te fait douter de ta sincérité.

Familier? ;-)

Je sais qui gagnera à ce petit jeu. Et ce n’est pas toi. Car on n’y gagne jamais, jamais, jamais. Oh, une des tactiques des créatures de ce type – et non, sans vouloir l’insulter, la tienne n’a rien d’unique – est de nous faire croire que l’on a une chance, bien sûr. Mais la seule façon de remporter la partie, en réalité, est d’arrêter de jouer. Juste se tenir debout, droit, et arrêter de jouer.

La question est donc bien sûr : comment arrêter?

Voici ce que je te propose…

Je t’invite d’abord et avant tout à être très, très présente à ce qui t’habite, et à faire connaissance avec cette petite bestiole qui veut tant jouer avec toi (plusieurs appellent cette partie de soi l’ego, mais je trouve le terme un peu trop digne et sérieux pour une créature aussi immature). Jusqu’ici, tu l’as souvent écoutée comme la voix de Dieu, ou comme la tienne – car ce sont les airs qu’elle se donne… Mais apprends à la voir différemment. Apprends à la connaître, pour pouvoir la reconnaître. Remarque son langage, ses intonations, ses tactiques, son goût, son odeur, sa grande habileté, les histoires qu’elle radote constamment. Tu peux même t’en créer une représentation visuelle (je suggère une caricature…), et lui donner un nom (choisis-en un rigolo pour la taquiner…).

Donc, démasque ton petit diablotin intérieur. Et tout doucement, apprends à ne plus jouer avec lui. Quand une pensée lourde ou culpabilisante te vient en tête, rappelle-toi à quoi tu as affaire, puis prends une grande respiration et résiste à la tentation de mordre à l’hameçon. Et voici le plus important : accepte d’être extrêmement inconfortable. Ce le sera, au début. Car aussi douloureuses soient-elles, ces pensées sont irrésistibles – un peu comme une drogue – et tu auras l’impression d’avoir toutes les raisons du monde de les croire. Mais contente-toi de les observer sans réagir (tu peux aussi amener une pensée un peu plus lumineuse à ton esprit, et concentrer ton attention sur cette dernière). Le moins tu joueras, le moins tu auras d’invitations, au fil du temps. Et surtout, plus tu les ignoreras facilement.

En fin de compte, la vérité est toujours, toujours douce et joyeuse. Si une pensée te faire sentir petite, tu peux tenir pour acquis qu’elle est fausse et vient de la «créature». Bien sûr, on sait que cette dernière semble souvent avoir tout à fait raison. Par exemple, si elle fait des commentaires négatifs sur ton surpoids, elle te dira que ses observations sont justifiées et doivent être prises en considération. Tout le monde peut voir que tu as un surpoids, après tout, n'est-ce pas? Or, même si ton surpoids est bien vrai, les pensées négatives à son sujet ne le seront jamais. Les jugements ne sont jamais la voix de la vérité même lorsqu’ils s’appuient sur de petits bouts de réalité.

Ainsi, belle magicienne, la façon d’avoir confiance en toi n’est pas de travailler sur ta confiance, mais de changer la vision que tu as de toi… de comprendre que tu n’es pas la voix dans ta tête, mais la présence qui les observe. Voilà la clé magique, la coupure qui te libèrera de toutes les peurs qui n’ont jamais pu t’arrêter. Car ce que tu es, sans la créature, c’est de l’amour et de la confiance à l’état pur.

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Fabia le 12.04.13 16:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

Après de nombreux soucis dans le passé, j’ai perdu toute confiance en moi. J’ai du mal à m’accepter telle que je suis, je ne peux m’empêcher de me dénigrer. Et dès que j’essaye de me faire plaisir ou d’être moi, je ne peux m’empêcher de me demander si je le fais pour moi ou pour les autres. J’ai tellement peur d’être rejetée que j’agis en fonction des autres et de ce qu’ils sont pour ne pas les décevoir. On dirait que je préfère être aimée des autres plutôt que de m’aimer simplement moi. Je sais très bien qu’il faut s’aimer pour être aimé des autres, mais c’est plus fort que moi.

Comment puis-je avoir confiance en moi? Comment puis-je ne pas avoir peur du regard des autres? Comment puis-je être moi-même et ne pas avoir honte de moi?


C'est toutes les questions que je me pose depuis ma plus tendre enfance, c'est tout ce que je ressens !!!
Et, je n'ai encore pas trouvé les réponses....

Fabia


http://fabienne.bressan@facebook.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 12.04.13 19:38

Je n'ai jamais essayé de plaire aux autres,de me faire aimer d'une quelconque façon...mais je me suis toujours sentie rejetée dans le sens ou je n'entrais pas dans un moule.Je n'ai jamais fait le 1er pas vers ceux qui me semblaient parfaits à l'époque,pour me sentir comme eux,avec eux.Etrange...
Aujourd'hui,avec le regard que j'ai sur mon passé,je me sens tjrs différente,mais je suis fière de l'être,parce que, quoi de plus triste que de vouloir ressembler à quelqu'un,vouloir appartenir à un groupe de personnes,ou ressembler à "tout le monde"...
puisque nous sommes tous différents...finalement.
Je ne me suis jamais posée mille question sur le sujet,j'ai juste pris conscience de certaines choses,avec le temps...et le Bouddhisme aidant aussi,j'ai compris que j'etais MOI.tout simplement.J'ai fait la paix avec moi-mème,ma façon de penser,mon esprit et mon corps.Mes complexes sont si loin maintenant cheers

voila,j'espère que vous comprenez ce que je veux dire,c'est écrit comme c'est pensé ^^.

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par gaiane le 12.04.13 22:06

Fabia est ce que la réponse qui est te donné t'aide un peu ?

Oui Aneyssa je comprend très bien et c'est très chouette d'avoir dépassé cela. De mon côté, je me soigne j'apprends à m'accepter avec mes différences, j'ai pris conscience que très récemment que j'ai cru toute ma vie qu'il m'était interdit d'être aimée, ça parait fou car je ne l'avais pas en conscience jusqu'à dernièrement, ça secoue quand y'a une prise de conscience !

En fait mes parents étaient assez durs, pas de maltraitance mais pas de communication possible, très rigide et très très autoritaire. J'étais différente à tel point que petite pendant longtemps je me suis demandée si c'était bien mes parents ! Ma différence n'a pas été prise en compte par mes parents parce qu'ils ont fait comme ils ont pu avec leur histoire. Jusque là je me contentais de cette explication et j'avais mis des voiles sur tout ça mais avec cette explication qui a satisfait l'intellect mais pas le coeur car à 31 ans je suis tombée malade et ça venait en partie de cette enfance mal vécue.

Tout ça a conditionné toute ma vie car leur façon d'être m'a amené à me sentir rejeté et donc à croire que je n'étais pas une personne bien et que je ne méritais pas l'amour, ça a été dur quand c'est remonté ça et beau aussi parce que la transformation est possible maintenant que j'ai compris que c'était mon interprétation d'enfant, l'intention de mes parents n'étaient pas que je sois malheureuse mais c'est comme ça que je l'ai vécue, on fait comme on peut quand on est enfant !

Aujourd'hui la transformation est en cours mais on ne déconditionne pas une trentaine d'années de vie comme ça, je me soigne quoi Wink

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Fabia le 13.04.13 14:33

Comme toi Gaiane, on ne déconditionne pas une quarantaine d'année de vie comme ça, j'apprends à me dire que l'on peut m'aimer pour moi, et non pas juste par besoin.
Par contre pour le moment m'aimer....c'est encore dur, j'apprends déjà à accepter mon handicap, à accepter que je ne remarcherais peut être plus comme avant.
alors, j'avance petit à petit Wink


Carpe Diem

Fabia


http://fabienne.bressan@facebook.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 13.04.13 21:31

Bin les filles,chacune évolue a son rythme,selon son vécu,mais vous allez surmonter tout ça cheers .
Chaque chose en son temps,il y'a des phases à passer,et l'acceptation en fait partie Wink

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Fabia le 13.04.13 21:36

Oué, ben il serait peut être temps, car, j'aimerais vivre sans ma poser de questions, vivre....pour vivre !!!


Carpe Diem

Fabia


http://fabienne.bressan@facebook.com

Revenir en haut Aller en bas

MANTRA

Message par gaiane le 14.04.13 18:47

Un des plus grands mantra d'Inde :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

LE BREVIAIRE DE L'EGO

Message par gaiane le 18.04.13 20:26

L’égocentrisme
ou l’absence à l’autre.

Par définition, la raison d’être et le but recherché de l’ego est de tout
recentrer sur lui, notre personnalité, notre Moi. Avec tout un panel de nuances
complexes, rien donc ne peut être évalué en-dehors des répercussions possibles
sur « moi ». C’est la parfaite absence d’écoute, absence à l’autre.

L’agressivité.
Dans la loi d’action/réaction qui prévaut dans un système duel, l’agressivité
est la réponse acquise la plus naturelle face à la peur. Chez un être ou dans un
collectif particulièrement sujet à la peur, l’agressivité se manifeste déjà de
manière préventive, elle intervient dans l’hypothèse que, et pas parce que. On
voit ainsi des nations ralliées sous l’étendard de la peur mener ce qu’elles
appellent des guerres préventives. Leur violence aveugle est alors à la mesure
de leur faiblesse, donc de leur sentiment de peur. Il se crée ainsi une réelle
dépendance à la violence faite à autrui qui répond au besoin minimal de
quiétude de l’ego effrayé. Cela peut devenir une façon d’être qui se banalise
au point de l’estimer naturelle, d’autant mieux que cette banalisation sera
consciencieusement entretenue par tous les moyens à disposition de la
propagande du système.

Le besoin de contrôle.

[mains de marionnettiste]
Une des spécialités de l’ego dans sa version Yang. Le masculin dans nos
sociétés patriarcales s’exprime avant tout par le besoin d’avoir une réponse
appropriée à tout, de pouvoir tout contrôler. Rien ne doit échapper à sa
main-mise, tout doit demeurer à sa portée. Ce qui ne l’est pas est perçu comme
un danger et suscite alors une réaction généralement perceptible à trois
niveaux d’intensité croissante : le déni derrière la tentative de ridiculiser
l’objet de la crainte, puis la reconnaissance du danger derrière l’agressivité
exprimée, puis la soumission par survie derrière la banalisation qui n’est
autre qu’une acceptation et donc une intégration à son système de pensée, ou à
l’inverse la guerre jusqu’à la destruction de l’un des deux.
La version Ying du besoin de contrôle trouve sa voie la plus naturelle dans la
maternité. La mère, pensant bien faire, est aux prises avec un sentiment
puissant de devoir contrôler sa progéniture, et souvent bien au-delà de l’âge
du sevrage. Savoir lâcher ce réflexe castrateur, c’est encore prendre
conscience de ses propres peurs. Vouloir ce qu’il y a de mieux pour son enfant,
ce n’est pas vouloir ce que l’on aurait voulu de mieux pour soi. Et si je le
surprotège, je ne fais que lui transmettre mes propres peurs, le souvenir de mes
souffrances que je voudrais lui épargner, tout en l’empêchant de vivre
l’expérience qui est son choix. Si je veux pour lui ce qu’il ne veut pas ou pas
encore, même si je pense avoir sincèrement raison, je m’oppose en réalité à ce
qu’il y a de mieux pour son apprentissage de la vie.

La susceptibilité, la
vexation.

Elle est le reflet des blessures de l’ego et s’exprime donc toujours à la
mesure du poids émotionnel accumulé. Celui qui stimule notre susceptibilité est
celui qui met le doigt là où quelque chose en nous fait mal depuis longtemps.
Il nous aide ainsi à nous rappeler qu’il y a là quelque chose à guérir, une
faille que nous ne pouvons pas feindre d’ignorer plus longtemps.

L’insatisfaction.

Il en faut toujours plus pour nourrir ses appétits de quiétude. Pourquoi me
manque-t-il toujours quelque chose ? Quelle confusion fais-je entre les
frustrations de mon quotidien et ce que je soupçonne de moi que ne perçois pas
? Je suis plus que cela et du coup je mérite plus ! C’est vrai, nous sommes
tous infiniment plus que ce que nous percevons de nous, mais si nous comprenons
que tout ce que nous vivons est la résonance de ce que nous émettons, nous
comprenons alors les règles du jeu où nous nous sommes embarqués. Nous
comprenons que personne n’est responsable de ce qui nous arrive à part nous, et
que ce qui arrive n’est pas une punition ou une récompense, mais ce qui résulte
de ce que nous sommes, donc de notre pouvoir créateur. De là s’évanouit le
sentiment d’insatisfaction qui va de pair avec le sentiment de victimisation.

La victimisation ou le
vampirisme
.
Une manière efficace de capter l’énergie d’autrui et de s’en nourrir. Dans sa
volonté de tout ramener à lui, l’ego sait comment jouer du sentiment de
compassion d’autrui en captant les débordements émotionnels qu’on lui offre sur
un plateau lorsque la compassion exprimée n’est pas mature, lorsqu’elle n’est
pas le fruit de l’amour inconditionnel mais l’expression compensatoire de ses
propres manques. Ce que je veux dire par là, c’est que certains sentiments,
aussi nobles soient-ils, comme la compassion ou le besoin d’aider autrui,
lorsqu’ils sont le fruit de souffrances non guéries en soi – j’exprime des
attentions pour autrui parce que j’ai besoin d’être aimé en ceci que je n’ai
pas été assez aimé dans mon passé – sont l’objet de débordements émotionnels
plus ou moins inconscients.
Celui qui exprime ainsi sa compassion peut penser qu’il vit là une conséquence
naturelle de ce sentiment. Il n’en est rien. La compassion émerge et rayonne
dans la claire compréhension de la souffrance de l’autre et dans une réponse
adaptée, émotionnellement neutre et bienveillante, pas dans le débordement de
notre propre souffrance. Autrement dit, tant qu’il y a un débordement
émotionnel, la compassion exprimée de l’un est une proie pour le prédateur
énergétique tapi derrière la tentative de victimisation de l’autre. Il n’y a
donc pas de service rendu. Au niveau des énergies échangées, la vampirisation
par la « victime » est à la hauteur de la force de son ego et de la faiblesse émotionnelle
du compatissant. Tout en perdant son énergie, ce dernier n’a donc fait que
nourrir l’ego jamais assez nourri du premier, qui réitérera dès qu’il en aura
l’occasion.
Avez-vous remarqué comment les personnes âgées souvent ne parlent que de leurs
bobos ou de leur maladie ? C’est un réflexe inconscient de survie qui permet de
capter l’énergie d’autrui parce qu’on en manque ou qu’on a peur inconsciemment
d’en manquer. Pour les personnes en contact fréquent avec des malades manquant
d’énergie vitale, c’est un risque permanent de dévitalisation si elles ne
veillent pas à contrôler l’énergie qu’elles veulent bien donner. La technique
de visualisation de la bulle de lumière est très efficace dans ces situations.

La cupidité, l’envie
.
Encore une manifestation du sentiment d’insatisfaction. Il en faut toujours
plus pour se rassurer et si quelqu’un semble en avoir davantage, il faut en
avoir au moins autant pour assurer sa position d’équilibre sinon de dominance
par rapport à ce qui devient alors la norme à atteindre. La cupidité est une
course à l’armement de l’ego au sein du matérialisme, seule dimension où il se
sent d’emblée compétitif. Mais attention, comme on le verra à la fin, il est
capable de changer de dimension.

Le désir et la peur de
paraître.

La volonté de paraître est une carapace de plus que se façonne l’ego pour
masquer sa vulnérabilité. Si l’on regarde ses efforts comme ceux d’un
adolescent qui essaie de donner le change pour dissimuler son manque
d’assurance, on comprend mieux sur quelle strate d’immaturité ce désir prend
naissance. C’est l’une des rares facettes du Moi qui tend presque toujours à
s’effacer au fil du temps. La peur de paraître naît de la même immaturité.

La vanité.

Dans la panoplie du besoin de contrôle, c’est un peu la tour d’ivoire du
sentiment de supériorité dans laquelle l’ego très effrayé a trouvé à s’enfermer
pour ne plus percevoir les dangers, je veux die par là ce qui pourrait ébranler
ses fondations. La vanité est une prison extrêmement étroite dans laquelle la
proximité des murs autorise un contrôle presque parfait de la situation, c’est
pourquoi elle affecte plus souvent le masculin en recherche de contrôle, que le
féminin.
Au-delà de ses murs s’étend l’horizon infini de la vie que l’ego nie. Il est
infiniment plus simple de concevoir le monde dans un environnement restreint,
estimant en connaître tout ce qu’il faut pour se croire à l’abri de tout. C’est
bien sûr très illusoire et l’on finit la plupart du temps par être rattrapé par
le vaste univers. Le plus grand courage est celui d’accepter l’infinité de
notre ignorance avec la joie de combler chaque jour un peu plus ses vides par
une nouvelle lumière. Le vaniteux se contente d’éclairer la minuscule geôle où
son contrôle lui assure un sentiment de supériorité et où son règne solitaire
au sein de son clan demeure incontesté tant que tiennent les murs.

Le déni.
C’est avant tout un manquement à sa propre prise de responsabilité. Je ne veux
pas voir la réalité qui m’est présentée, alors je l’efface ou je l’arrange à ma
convenance. Toute la palette du mensonge, de la dissimulation, du
travestissement et de la manipulation est alors au service du petit Moi
effrayé. C’est quelque chose somme toute d’assez commun et qui s’exprime de la
petite lâcheté faite à soi-même au trouble pathologique grave et parfois à
l’agressivité extrême. Dans le déni, l’être n’est à l’écoute de rien ni
personne, la force du déni étant fonction de la peur suscitée par l’objet du
déni. Comme toujours dans le mécanisme d’action/réaction, plus l’ego se sent
menacé, plus il réagit avec force.

La tyrannie.
Comme déjà dit, la violence est à la hauteur de sa peur. Les égos tyranniques
ne souffrent aucun obstacle à ce dont ils ont besoin ni aucune contradiction de
ce qu’ils sont. Leur peur, bien sûr consciemment inenvisageable, est si grande
que si ce qui les a modelé n’a pas favorisé la tour d’ivoire de la vanité,
s’ils se sentent donc en prise avec « l’extérieur » et « exposés » à lui, ils
ne peuvent qu’espérer assujettir le monde à leur vision. A noter que la vanité
ébranlée aboutit aussi à la tyrannie. Parfois d’ailleurs les deux aspects –
tour d’ivoire et tyrannie – se côtoient très bien tant la peur qui a fondé
l’ego est terrible. Lorsqu’au XIII° siècle en France, le pouvoir religieux du
Vatican s’est senti ébranlé dans sa vanité par l’expansion du Catharisme, il a
réagi par la violence des croisades et la tyrannie de l’inquisition.

La culpabilité.
Qu’elle soit tournée vers soi ou dirigée vers autrui, voilà une lame aux deux
tranchants particulièrement affûtés.
L’auto-culpabilisation porte le gène du sentiment d’infériorité. L’être qui se
dévalorise, qui n’a pas conscience de ses qualités et vit dans la crainte de
blesser autrui remue en fait le brouet de ses propres blessures. C’est un
sentiment complexe car il relève à la fois d’une bonne dose de conscience de
l’autre, donc d’ouverture et d’écoute, mais aussi de la présence d’un
émotionnel encore à vif, de blessures non guéries, qui vont filtrer le
sentiment d’empathie jusqu’à reporter sur soi une part de responsabilité de la
souffrance de l’autre. Et si ce dernier est un « prédateur » qui sait jouer de
la culpabilisation, alors, tout comme pour la victimisation, il va vampiriser
l’énergie du premier.
Un cas fréquent est la déception perçue chez l’autre lorsqu’il n’a pas reçu la
réponse qu’il attendait. Même si cette attente n’était pas légitime, alors le
refus peut entraîner chez celui qui l’exprime une auto-culpabilisation,
d’autant plus forte que l’autre saura en jouer, ou que soi-même on est encore
émotionnellement immature à ce sujet.
Les échanges d’énergie sont alors denses et tendus et lorsque l’un des deux –
celui qui n’entre pas dans le système de l’autre – est conscient du jeu en
cours et pas l’autre, cela peut exacerber l’exaspération de l’un et le jugement
douloureux pour lui-même du second.
A l’inverse donc, vouloir culpabiliser autrui est invariablement le signe de
l’intolérance et du jugement. On croit savoir ce qui est juste et on voudrait
rallier l’autre à son système de pensée ou à sa cause, alors on juge mal celui
qui pense et agit autrement, et l’on tente de l’atteindre soit en jouant la
carte tant usée de la victimisation, soit en brandissant l’étendard et la lance
du justicier. L’ego est ainsi entraîné qu’il sait se raidir avec fierté dans
l’amoindrissement d’autrui, pensant ainsi consolider sa position sans renifler
pour autant ses manquements profonds au respect de la différence. C’est une
valeur qui ne cadre pas avec ce qu’il défend.

Le sentiment
d’infériorité.

Dans sa large palette de réactions, le sentiment d’infériorité est à l’origine
des plus gros blocages de l’être. D’une manière ou d’une autre, à un moment ou
à un autre de la vie, il concerne tout le monde, même s’il tend lui aussi à
s’amenuiser avec l’expérience. On remarquera que sous l’égide du patriarcat
dominant, la société façonne masculin et féminin pour que ce dernier soit
particulièrement atteint par le manque de confiance en soi. Les religions ont
largement contribué à cette situation. Mais déjà en-deça du moule du système,
le poids émotionnel des douleurs accumulées dans une vie et bien-au-delà au fil
des incarnations sur Terre, a marqué une profonde empreinte en chacun. C’est
pourquoi personne qui s’identifie encore pleinement à son ego n’y échappe à un
moment ou à un autre.

L’une des manifestations les plus involutives du manque de confiance en soi est
la possessivité et par voie de conséquence la jalousie qui pousse à des
extrémités si dégradantes qu’elle amplifie encore le sentiment de
dévalorisation de l’être qui en est à l’origine. C’est probablement l’idée
qu’on se fait de l’amour par notre éducation au sens large, qui crée la
violence de cette réaction à la peur d’être « abandonné » de l’autre.

La générosité par
compensation
.
Voilà quelque chose de trompeur pour soi-même et de particulièrement
appétissant pour tous ceux qui fonctionnent sur le mode parasite. Vampires et
autres prédateurs sont conviés au festin !
Le principe de la générosité par compensation a été abordé plus haut dans le
paragraphe concernant le victimisation. Quel meilleur moyen de masquer sa
souffrance d’un manque d’amour que d’exprimer sans discernement de l’amour pour
autrui ? Nous parlons là de cette attitude qui consiste à chercher à se faire
aimer de tous, et plus particulièrement de ceux qui ne marquent pas plus
d’intérêt que ça pour vous. Elle provient d’un manque de considération pour
soi-même et donc d’un besoin de reconnaissance, né lui-même d’un manque d’amour
traumatisant à un moment ou à un autre du chemin. Les vampires y étanchent leur
soif, mais leurs ego-victimes y trouvent cette fois-ci leur compte dans le déni
de leur manque.
La vraie générosité ne vient pas d’un besoin de compensation, elle ne comble
aucun vide en soi, elle s’impose humblement comme l’une des expressions de
l’amour inconditionnel qui ne devient possible que lorsqu’on a bien avancé dans
la voie de la guérison. Comme le dit le dicton, il ne faut pas mettre la
charrue avant les bœufs. Sur le chemin de la libération, guérissez d’abord des
maux qui vous encombrent, laissez choir vos oripeaux. C’est là le seul effort,
tout suivra.

L’autodestruction.

C’est bien sûr le manque de considération pour soi poussé au bout de sa
logique. Lorsque l’ego est à ce point ébranlé qu’il n’a pas la force de tourner
son agressivité vers autrui, qu’il ne peut plus rejeter « l’extérieur », alors
il la tourne compulsivement vers ce qu’il sépare de lui-même, ce qu’il ne
comprend pas mais qu’il juge responsable de sa détresse. L’esprit et l’âme sont
vus comme l’ennemi à atteindre, qu’il tente de torturer par un mental
tyrannique et des atteintes au corps physique.

L’ego spirituel.
Ah, l’ego spirituel… Qu’il est à la mode celui-là en ces temps de nouvel Âge !
Toutes les lames du bon vieux couteau suisse ne suffisant plus à contrer la
volonté suprême de l’être qui s’oriente vers ce qu’il conçoit comme son
élévation spirituelle, l’ego, jamais avare d’un tour dans son sac, abdique
alors sa nature matérialiste pour revêtir les paillettes d’un habit de lumière
sans quitter pour autant la scène du grand théâtre où il s’est fait. Cette
imposture n’est possible que parce que l’être a connu les prémices d’un éveil,
souvent sous l’emprise illusoire de l’ouverture du troisième œil, et se croit
alors arrivé sur le seuil du temple alors qu’il n’a rien guéri des poids qui
lestent encore ses pas en devenir. L’ego dégaine alors souvent sa lame la plus
brillante pour sculpter les murs de sa magnifique tour d’ivoire, sous les yeux
ébahis du clan qui parfois l’a suivi. Celui-là est à plaindre car la vanité
d’un ego spirituel n’a pas d’égal en ce monde et les murs de sa prison sont
plus solides encore.

En conclusion.
Comme toujours, toutes les manifestations post-traumatiques de l’ego dans sa
souffrance peuvent jaillir de bien des provenances. De son passé direct et surtout
de son enfance, d’un parasitage extérieur, des mémoires de vies antérieures et
des mémoires de notre lignée génétique – autrement dit celles de votre
grand-mère ou de votre trisaïeul - tout ça bien inconsciemment enfoui dans nos
cellules. Comme dit mille fois, n’oublions pas que dans cette période de remise
à zéro de notre histoire personnelle et collective, ignorer ce qu’il y a sous
le tapis en pensant que ça ne gêne personne n’est plus possible.
Il nous faut sans crainte soulever le tapis et balayer ce qui s’y trouve si
nous voulons guérir de ce qui nous encombre le plus et passer enfin à l’étape
suivante. Nous pouvons de nous-même faire beaucoup et si nous pensons ne pas y
suffire, nous pouvons demander de l’aide à nos guides invisibles qui conduiront
sur nos pas ce qu’il y a de mieux comme réponse.
Peu importe le nom qu’on lui donne et la dimension où cela se passe, s’il ne
fallait en retenir qu’une idée générale, nous allons vers notre libération au
sens le plus large qui peut s’entendre. Mais pour cela, nous ne ferons pas
l’économie de prendre toutes nos responsabilités et de réinvestir
progressivement notre pleine conscience. L’effort n’est pas si grand et la
récolte sera au-delà de ce que nous pourrions imaginer.
Fraternellement,

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 19.04.13 16:47

Merci pour ce partage interessant,qui d'explique très clairement ce que nous pouvons ressentir de négatif,et du coup,essayer de le transformer en positif.
Merci !! Very Happy .

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Invité le 19.04.13 22:22

Effectivement... Moi par exemple, je me trouve banale, petite, brune, cheveux longs, alors qu'en fait, j'aurais "des yeux d'une pureté incroyable" , et un "sourire"... Une fille sur un forum m'avait surnommée miss joli sourire... Et pourtant, j'arrive pas à me caler avec cette description...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 19.04.13 22:51

ha ouiii ....comme quoi,on ne se voit pas comme les autres nous voient Very Happy

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par cassiopée le 20.04.13 19:46

Vraiment superbe , c'est dingue comme nous nous percevons parfois , suivant notre humeur et le regard des autres !!!

cassiopée


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Invité le 20.04.13 23:58

C'est valable pour les gars aussi ? lol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 21.04.13 11:23

Twisted Evil Laughing

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

ENSEIGNEMENT

Message par gaiane le 21.04.13 16:44

Un Maître Zen vit un scorpion se noyer et décida de le tirer de l’eau.
Lorsqu’il le fit, le scorpion le piqua. Par l’effet de la douleur, le
maître lâcha l’animal qui de nouveau tomba à l’eau et recommenca à se
noyer. Le maître tenta de le tirer nouvellement et l’animal le piqua
encore. Un jeune disciple qui était en train d’observer se rapprocha du
Maître et lui dit : « Excusez-moi Maître, mais v.........ous ......êtes
têtu! Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois que vous tenterez de le
tirer de l’eau il va vous piquer ? » Le maître répondit: « La nature du
scorpion est de piquer et cela ne va pas changer la mienne qui est
d’aider. » Alors, à l’aide d’une feuille, le maître tira le scorpion de
l’eau et sauva sa vie, puis s’adressant à son jeune disciple, il
continua: « Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal, prends
juste des précautions. Les uns poursuivent le bonheur, les autres le
créent. Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre-lui
que tu as mille raisons pour sourire. Préoccupe-toi plus de ta
conscience que de ta réputation. Parce que ta conscience est ce que tu
es, et ta réputation c’est ce que les autres pensent de toi… Et ce que
les autres pensent de toi… c’est leur problème

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

SAVOIR ECOUTER

Message par gaiane le 21.04.13 16:45

Savoir
écouter l’autre apporte deux choses fondamentales. D’abord, vous lui
montrez que vous vous souciez réellement de ce qu’il a à vous dire. Ce
qui est sûrement le meilleur moyen de lui prouver que vous vous
intéressez à lui et que vous le comprenez. C’est facile de répéter : «
Je fais attention à toi », mais si vous avez la tête ailleurs, vous ne
faites que démontrer que ce n’est pas votre priorité, que votre
partenaire passe après le reste.

Quand on se sent écouté, et donc
aimé, on cesse d’avoir l’impression de faire partie des meubles. Une
bonne capacité d’écoute incite l’autre à se confier et à partager ses
expériences, ce qui ne peut que vous rapprocher. Il est aussi agréable
et stimulant de côtoyer quelqu’un qui vous écoute, qu’il est pénible et
frustrant d’être avec une personne qui fait la sourde oreille.

Autre
bienfait inhérent à l’art de savoir écouter : il réduit sensiblement
notre propension à nous emporter pour un rien. Quand on est capable
d’écouter son interlocuteur avec attention et sincérité, on évite les
conclusions hâtives et les réactions brutales, qui se produisent
précisément quand on croit savoir à l’avance ce que l’autre pense.

En
prenant la peine et le temps d’écouter, vous entendrez des choses que
vous ignoriez jusque-là, et que vous n’auriez jamais pu deviner par
vous-même ou en vous contentant d’accorder à l’autre une oreille
distraite.

La différence entre une écoute convenable et une
écoute de « pro » est énorme. Se sentir écouté est un besoin tellement
fort que, lorsqu’il n’est pas satisfait, il laisse une impression de
grand vide. À l’inverse, quand l’autre personne se sent vraiment
écoutée, elle s’estime facilement comblée et elle ne se sent jamais
aussi bien qu’en votre compagnie.

La seule façon de devenir
champion du monde dans cette discipline, c’est la bonne vieille méthode :
beaucoup d’entraînement. Savoir écouter l’autre ne se réduit pas à être
capable de répéter ce qu’il vient de dire. Cela implique d’être
réellement « présent » dans vos discussions, comme de faire preuve de
patience et de compréhension. Concrètement, efforcez-vous d’abord de
comprendre ce qui est dit – sans couper la parole – avant de parler à
votre tour et d’exprimer votre point de vue.

En mettant autant de
soin – sinon plus – à écouter qu’à parler, vous ouvrirez la voie à une
relation fondée sur le respect mutuel et le partage.

Source : Richard et Kristine Carlson, Ne vous noyez pas dans un verre d’eau (#3 - en amour)




« Parfois, quand je suis avec des gens, je me tais et je les écoute parler.
Je ne dis rien, je suis là, je souris et je hoche la tête.
On peut croire que je n’ai rien à dire, mais c’est le contraire.
C’est justement parce que j’ai quelque chose à dire que je me tais.
Les gens qui sont là sont trop occupés à parler pour pouvoir m’écouter. »
Auteur inconnu

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 21.04.13 21:26

...a mediter...grandement! merci zen3

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 21.04.13 21:31

C'est très bien pensé ça! j'adhère totalement,car je me reconnais dans ce texte..j'evite de parler quand il y'a trop de monde,car tout le monde parle en mème temps,et personne n'écoute réellement ce que l'autre a à dire... Wink

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

LA LEGENDE DU POT FELE

Message par gaiane le 25.04.13 23:04


gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

LA PETITE VOIX DU COEUR

Message par gaiane le 25.04.13 23:22


gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Invité le 26.04.13 0:04

J'adore !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

LES CADEAUX DE LA VIE

Message par gaiane le 26.04.13 22:14

Un jeune homme s'apprêtait à obtenir son diplôme
de fin d'étude. Pendant plusieurs mois il avait admiré une belle voiture
de sport exposée dans un showroom, et sachant que son père pouvait bien
la lui offrir, il lui avait déjà dit que c'est ça qu'il voulait comme
cadeau.



Comme le jour de la remise des diplômes approchait, le jeune homme
s'attendait à voir des signes que son père lui avait déjà acheté la
voiture.



Finalement, au grand matin du jour "j", son père l'appela dans son
bureau et il lui dit comment il était fier d'avoir un fils aussi
intelligent et formidable, et comment il l'aimait beaucoup.



Le père tendit à son fils une boite dans un emballage cadeau, curieux
mais aussi déçu le jeune homme ouvrit la boite et découvrit une belle
Bible avec une couverture en cuir.



Très furieux, il éleva la voix à son père et lui dit :"Avec tout ton
argent, tu ne m'offres qu'une Bible ???" et, claquant la porte, il
sortit la maison en laissant derrière lui la Sainte Bible.



Plusieurs années sont passées et le jeune homme se trouva couronné de
succès dans le monde des affaires, il s'acheta une grande et belle
maison et il fonda une famille merveilleuse; il se souvint de son père
qui était devenu très vieux et se dit qu'il devait aller le voir , car
il ne l'avait plus revu depuis le jour qu'il avait obtenu son diplôme.



Juste avant de partir, il reçu un télégramme lui disant que son vieux
père venait de mourir et qu'il avait cédé tous ses biens à son fils. Il
devait donc partir immédiatement pour s'occuper de son héritage. Quand
il arriva dans la maison de son père, soudain, son coeur fut rempli de
tristesse et de regret... il se mit à fouiller dans le dossiers
importants de son père et il tomba sur cette Bible à l'endroit même ou
il l'avait laissée il y a plusieurs années... Il éclata en sanglots,
ouvrit la Bible et se mit à tourner les pages.



Et comme il lisait ces paroles, une clef de voiture tomba d'une
enveloppe qui était collée à la couverture arrière de la Bible. La clef
avait une étiquette avec le nom du concessionnaire du showroom, le même
concessionnaire qui vendait la belle voiture de sport qu'il désirait
tant avoir et sur l'étiquette figurant la date du jour de la remise de
son diplôme, et ces mots...



CE PRÉSENT EST BIEN PEU RELATIVEMENT À LA FIERTÉ QUE J'AI À TON ENDROIT. JE TE SOUHAITE LA MEILLEURE DES CHANCES !!!



Combien de fois sommes-nous passés à cotés de cadeaux présentés par la
vie, simplement parce qu'ils ne sont pas venus de la manière attendue.
Les joies et les opportunités qui nous sont offertes ne viennent pas
nécessairement de la manière désirée mais bien de la façon dont les
événements ont choisi de nous les présenter ! N'en tiens qu'à nous
d'avoir l'ouverture nécessaire pour les accueillir....
_________________

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Rubis le 27.04.13 7:54

Très beau texte qui nous laisse dans la réflexion, mais tellement juste.
Merci et bisous gaiane.

Rubis


http://www.actuanimaux.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Lovely le 27.04.13 10:32

Gaiane il faudrai que tu met la source du texte, car se texte je l'ai déjà lu sur un autre site.

Merci de ta compréhension. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



En tous cas merci pour se partage [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lovely
Modérateurs
Modérateurs


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Padma le 27.04.13 11:40

Ca laisse a refléchir,en effet...Ca montre bien l'attachement que peuvent avoir certaines personnes,plus au materiel qu'a un être cher.malheureusement,ils s'en rendent compte quand cet être n'est plus là.Quelle tristesse.
merci zen

Padma
admin
admin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Invité le 27.04.13 14:03

Très joli texte Gaiane, merci bcp

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par lydiane/flyflying le 27.04.13 15:16

L'argent en excès ça rend les personnes cons fou ils perdent la tête...
je l'ai constaté à plusieurs reprise malheureusement.
Embarassed


Ici j'ai beaucoup appris je remercie les anges chaque jour pour m'avoir conduit jusqu'ici.

lydiane/flyflying


http://lydiane-gatien.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Plumelibre le 29.04.13 0:03

j'avais déjà lu ce texte aussi mais ça ne peut faire que du bien de le relire une fois encore.

Plumelibre


Revenir en haut Aller en bas

LA MAIN OUVERTE

Message par gaiane le 09.05.13 11:56

AIMER LA MAIN OUVERTE

«Une personne compatissante, voyant un papillon lutter pour se libérer de
son cocon, et voulant l'aider, écarta avec beaucoup de douceur les filaments
pour dégager une ouverture. Le papillon libéré, sortit du cocon et battit des
ailes mais ne put s'envoler. Ce qu'ignorait cette personne compatissante, c'est
que c'est seulement au travers du combat pour la naissance que les ailes
peuvent devenir suffisamment fortes pour l'envol. Sa Vie raccourcie, il la passa
à terre. Jamais il ne connut la liberté, jamais il ne vécut réellement.»
Apprendre à aimer la main ouverte est une toute autre demarche.
C'est un apprentissage qui a cheminé progressivement en moi, façonné dans
les feux de la souffrance et les eaux de la patience. J'apprends que je dois
laisser libre quelqu'un que j'aime, parce que si je m'agrippe, si je m'attache, si
j'essaie de contrôler, je perds ce que je tente de garder.
Si j'essaie de changer quelqu'un que j'aime, parce que je sens que je sais
comment cette personne devrait être, je lui vole un droit précieux, le droit
d'être responsable de sa propre vie, de ses propres choix, de sa propre façon de
vivre.
Chaque fois que j'impose mon desir ou ma volonté, ou que j'essaie d'exercer
un pouvoir sur une autre personne, je la dépossède de la pleine réalisation de
sa croissance et de sa maturation. Je la brime et la contrecarre par mon acte de
possession, même si mes intentions sont les meilleures.
Je peux brimer et blesser en agissant avec la plus grande bonté, pour
protéger quelqu'un. Et une protection et une sollicitude excessives peuvent
signifier à une autre personne plus éloquemment que des mots : Tu es
incapable de t'occuper de toi-même, je dois m'occuper de toi parce que tu
m'appartiens. Je suis responsable de toi.
Au fur et à mesure de mon apprentissage et de ma pratique, je peux dire à
quelqu'un que j'aime :
«Je t'aime, je t'estime, je te respecte et j'ai confiance en toi. Tu as en toi (ou
tu peux développer) la force de devenir tout ce qu'il t'est possible de devenir, à
condition que je ne me mette pas en travers de ton chemin. Je t'aime, tant que
je peux te laisser la liberté de marcher à côté de moi, dans la joie et dans la
tristesse. Je partagerai tes larmes, mais je ne te demanderai pas de ne pas
pleurer. Je répondrai si tu as besoin de moi, je prendrai soin de toi, je te
réconforterai, mais je ne te soutiendrai pas quand tu pourras marcher tout seul.
Je serai prête à être à tes côtés dans la peine et la solitude, mais je ne les
éloignerai pas de toi. Je m'efforcerai d'écouter ce que tu veux dire, avec tes
paroles à toi, mais je ne serai pas toujours d'accord avec toi.
Parfois, je serais en colère, et quand je le serai, j'essaierai de te le dire
franchement, de façon à ne pas avoir besoin d'être irritée de nos différences, ni
de me brouiller avec toi. Je ne peux pas toujours être avec toi ou écouter ce que
tu dis, parce qu'il y a des moments où je dois m'écouter moi-même, prendre
soin de moi. Quand cela arrivera, je serai aussi sincère avec toi que je pourrai
l'être.»
J'apprends à dire cela à ceux que j'aime et qui sont importants pour moi, que
ce soit avec des mots ou par ma façon d'être avec les autres et avec moi-même.
Voilà ce que j'appelle aimer la main ouverte.
Je ne peux pas toujours m'empêcher de mettre mes mains dans le cocon...
mais j'y arrive mieux, beaucoup mieux depuis que je me respecte aussi.


Ruth SANFORD

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Invité le 09.05.13 12:26

Très beau texte, maintenant, à appliquer ça reste difficile. J'ai essayé de laisser évoluer quelqu'un par lui-même en étant là quand il avait besoin, j'ai cru en lui en l'accompagnant sur son chemin, ça a été interpreté comme un manque d'amour parce que je lui prenais pas la tête... Comme quoi, on peut avoir les meilleures intentions du monde...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par gaiane le 09.05.13 12:45

Oui je suis d'accord avec toi Sanhizanne, ce n'est pas facile le chemin de l'amour, ce n'est pas que Bisounours, cela demande aussi volonté et détermination.

L'intention ne suffit pas s'il n'y a pas le détachement et le détachement c'est l'amour (à ne pas confondre avec le sentiment amoureux humain). Cette personne a fait sa propre interprétation de ta façon de te conduire, c'est son interprétation avec son propre regard et sans doute ce qu'elle avait à dépasser elle-même. Toi tu sais que tu as agis par amour, tu as eu cette intention qui ne suffit pas effectivement si tu n'est pas dans le détachement qui permet de rester observatrice et prendre du recul sur son interprétation, ainsi tu restes dans l'amour sans culpabilité, mais peut être est ce ça que tu avais à dépasser.

Dur dur j'en conviens, je suis dans le même bâteau que toi Wink

gaiane


http://audedans.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sujets à Reflexion

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum